Maigrir en faisant du sport et en jeûnant le soir

Jeûner et faire du sport le soir permettrait de maigrir : c’est en tout cas la conclusion d’une étude faite par une équipe de chercheurs américains du « Baylor College of Medicine » et dont les résultats ont été publiés sur le site de la revue Nature.

Puiser dans les lipides pour perdre plus rapidement les graisses

Les recherches faites par les chercheurs américains du « Baylor College of Medicine » sont parties sur une étude de l’alimentation et du comportement des souris. Chez les souris en effet, les muscles puisent dans le glucose pour gagner en énergie pendant la phase d’éveil et dans les graisses, lorsqu’elles sont endormies. Lorsque le cycle est perturbé via l’inhibition de la molécule HDAC3, les souris sont sujettes au diabète, mais gagnent, par la même occasion, en endurance.

Faute de perturbations, les muscles ont tout simplement arrêté de se nourrir de glucose et se sont tournés vers les lipides en guise de ressources. Se faisant, les muscles des souris profitent non seulement d’une endurance supérieure, mais également de meilleures performances à la course sur un tapis. Les muscles, en puisant leurs ressources dans les lipides, permettent aux souris de perdre plus rapidement leur graisse.

À l’heure actuelle, il est bon de noter que les inhibiteurs de la HDAC3 sont encore en cours de test, ce, dans le cadre du traitement de différentes pathologies.

Partir du même principe chez les êtres humains

Au terme de leurs études et expériences, les chercheurs du « Baylor College of Medicine » ont conclu que faire du sport dans les moments où l’organisme est le plus enclin à utiliser les lipides permet de perdre du poids. Ce moment propice, c’est surtout le soir. Il est conseillé dans l’idéal de jeûner le soir, pour encourager les muscles à puiser au maximum dans les réserves de lipides pendant le repos. Ceci aura pour effet de favoriser, tout simplement, la perte de la graisse. Les résultats de cette étude scientifique ont pour rappel été publiés officiellement sur le site de la revue Nature.

Ajouter un commentaire